Ethel SEATH

Ethel Seath ( 1879 – 1963 )

“St. Andrews Church”
Oil on board
Signed E. Seath, bottom right
45.7 x 40.6 centimeters, 18 x 16 inches

Provenance:
• Deborah Stairs Rotherham, P.Q, a wedding present from the artist in 1937.
• Canadian Art Group, Toronto.
Musée national des Beaux-Arts du Québec.

Exhibited:
Ethel Seath, Retrospective Exhibition, Walter Klinkhoff Gallery, Montreal, September 14 – 26, 1987.

Sold

From the bloq of the MNBAQ:

Acquisitions récentes : Ethel Seath, «Église St. Andrews»
Petite histoire (de l’art) par Anne-Marie Bouchard, conservatrice de l’art moderne, MNBAQ
23 mars 2020
Ethel Seath
(Montréal, 1879 – Montréal, 1963)
Seath entame sa carrière en 1896, alors qu’elle travaille comme illustratrice pour The Montreal Witness. Cinq ans plus tard, elle collabore également au Montreal Star et au Weekly Star. En 1903, elle participe à la Newspaper Artists Association : elle est la seule femme artiste de la sélection.
L’indépendance que lui procurent les revenus de son travail lui permet de poursuivre sa formation artistique, d’abord au Conseil des Arts et Manufactures de Montréal, puis à l’Art Association of Montreal. Au début des années 1910, elle aurait suivi les cours consacrés au dessin en plein air par William Brymner et Maurice Cullen. Elle entretient des relations étroites avec plusieurs femmes artistes liées au Groupe de Beaver Hall, relations qui se poursuivront bien au-delà des années 1920.
À partir de 1917 et jusqu’en 1962, quand elle prend sa retraite à l’âge de 83 ans, elle enseigne à l’école privée pour filles The Study, à Westmount. Elle donnera également des cours d’art aux enfants à l’école d’art de l’AAM en compagnie d’Anne Savage durant les années de la Grande Dépression, pour assurer des revenus plus stables.
Ethel Seath se consacre presque essentiellement à la peinture de paysage urbain et rural. À l’instar de Nora Collyer et de Lilias Torrance Newton, elle séjourne fréquemment dans les Cantons-de-l’Est, plus précisément dans la région de Knowlton où elle occupe une résidence. C’est tout près de cette localité, à Bolton-Ouest, qu’elle peint Église St Andrews, en prenant pour sujet un petit lieu de culte de tradition anglicane construit en 1891 et déménagé en 1914. L’édifice est aujourd’hui inscrit au Registre du Patrimoine culturel du Québec pour ses caractéristiques néogothiques.
Ethel Seath
Église St. Andrews, vers 1933
Huile sur toile
Collection du Musée national des beaux-arts du Québec

https://www.mnbaq.org/blogue/2020/03/23/acquisitions-recentes-ethel-seath-eglise-st-andrews

Comments are closed.